logo

ouvrir
08-01-2016

LES GRANDS ENJEUX DU PROJET "SMART CAMPUS NICE SOPHIA ANTIPOLIS"

image
 

Territoire privilégié pour le développement des smart grids -réseaux électriques intelligents-, le territoire Nice Côte d’Azur possède désormais un campus dédié à ce domaine d’avenir. L'un des quatre en France ayant été retenus pour cette mise en place expérimentale.
   
Après l'obtention de la labellisation French Tech en juin dernier c'est un autre succès que le high tech azuréen remportait en juillet : son projet de "Smart Campus Nice Sophia Antipolis" devient un modèle d'innovation aux côtés de ceux de Lille, Paris-Saclay et Chambéry-Grenoble. Déposé en mars 2015 dans le cadre de l'opération Nouvelle France Industrielle, la candidature azuréenne était portée par l'Université Côte d'Azur* avec Mines ParisTech, ERDF, Alstom et l'aide du pôle de compétitivité Capéenergies.

Associant les mondes académiques et industriels ainsi que la recherche et les collectivités territoriales et locales, ce projet est une chance pour le territoire à plus d'un titre. Tout d'abord, il permet de mettre en œuvre des technologies expérimentales de réseau électrique intelligent (REI). Cela concerne dans un premier temps le campus SophiaTech dans la technopole et, dans un deuxième temps, l’Eco-campus prévu à Nice Méridia. Ensuite, parce que les quatre sites retenus vont constituer un "meta campus" avec une plateforme de gestion de données qui regroupera toutes les informations et enseignements délivrés sur les sites.

"Le projet retenu porte plus particulièrement sur tout ce qui touche à la sociologie du comportement, à l'échange de données, la cybersécurité, l'auto-production/auto-consommation et les bâtiments intelligents", précise François Contal, responsable de Capenergies à Nice. Les quatre campus sélectionnés joueront ainsi sur des compétences très complémentaires : Lille travaillera sur le réseau RTE (la haute et très haute tension), Chambery-Grenoble sur l'électro-technologie et Paris-Saclay sur la gestion multi-énergie."

* composée de l'université Nice Sophia Antipolis, du CNRS, de l'INRIA, de l'Observatoire de la Côte d'Azur, du CHU de Nice, des écoles EDHEC et SKEMA et d'un collège de six écoles d'art au rayonnement international.

Lire l'article complet sur la version en ligne du magazine Azur Entreprises et Commerces de la CCI Nice Côte d'Azur