logo

ouvrir
18-05-2016

LIGNE NOUVELLE : CONCERTATION SUR LES RAILS ET MISE A NIVEAU DE L'INFORMATION

image
 

A l'heure où la Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur entre en phase de concertation, la CCI de région et son réseau -soutenant le projet réaliste et réalisable retenu par le ministère en 2013- s'impliquent dans l'information et la sensibilisation des acteurs économiques dès ce mois de mai. D'ores et déjà, 3 questions à Jean-Michel Cherrier, SNCF Réseau/ Mission LNPCA, permettent de "raccrocher les wagons".

1)   Paca : 3 métropoles, 1 seule ligne ferroviaire. Que va apporter de réellement nouveau la Ligne Nouvelle PCA ?  

J-M C : La région Provence-Alpes-Côte d’Azur compte près de 5 millions d'habitants et en accueillera 6 millions en 2040. Et les 37 millions de touristes qu’elle attire annuellement représentent plus de 2 millions de résidents l'été. Comment répondre à la dynamique démographique (30 000 habitants/an) quand on ne dispose que d’une seule ligne ferroviaire historique qui a peu évolué depuis sa construction en 1860 et son électrification dans les années 1960 ? Cette ligne qui supporte aujourd’hui tous les trafics (TGV, inter-cités, TER et fret) est le plus petit linéaire de voie ferrée par habitant de France ! Quand on sait que le littoral de Paca concentre 80 % des habitants, un renforcement de sa desserte ferroviaire sur cette zone a toute sa légitimité. 

Les aménagements de la Priorité 1 (travaux à réaliser avant 2030) permettront d’améliorer l’exploitation des trains, de faciliter la gestion des incidents en proposant des itinéraires alternatifs performants, de réduire les temps de parcours sur les liaisons semi-directes, de développer l’intermodalité en proposant une alternative aux voitures (grâce à l’augmentation de la fréquence des trains) et en reliant de façon performante les grandes aires urbaines.

LIGNE NOUVELLE : CONCERTATION SUR LES RAILS ET MISE A NIVEAU DE L'INFORMATION


2)   En termes d’améliorations, pourquoi les deux "nœuds" ferroviaires de Marseille et Nice ont été choisis en priorité ?

J-M C : A l'issue de la concertation de 2011 sur les fonctionnalités et les différentes zones de passage du projet (ex-LGV), le territoire avait considéré que la très grande vitesse n’était pas la priorité partout et qu’il fallait plutôt prendre en compte : l’amélioration des trains du quotidien, la diminution des temps de parcours entre Marseille et Nice notamment, l’amélioration du réseau et du système ferroviaire, le développement de l’intermodalité au niveau des pôles d’échanges...

C’est dans ce contexte qu'en juin 2013, la Commission Mobilité 21 identifiait deux niveaux de priorités, dont le premier porte sur le traitement des nœuds marseillais et niçois (Priorité 1). À l’horizon 2030, ces aménagements dans les gares des agglomérations marseillaise et azuréenne permettront d’accueillir 8 millions de voyageurs supplémentaires par an, dont 7 millions dans les TER.

LIGNE NOUVELLE : CONCERTATION SUR LES RAILS ET MISE A NIVEAU DE L'INFORMATION 2


3)   Outre le gain de temps sur les trajets, quels bénéfices offre la LNPCA  en termes de capacité (TER / TGV) ?


J-M C : La réalisation du projet permettra d'accueillir sur l’aire marseillaise : 50 % de TER en plus en gare St-Charles, 2 fois plus de trains longue distance, 20 millions de voyageurs en 2030 (2 fois plus qu’en 2014) avec une augmentation des fréquences sur les axes structurants Marseille-Aix (de 3 à 6 liaisons par heure), Marseille-Vitrolles (de 5 à 6) et Marseille-Aubagne (de 7 à 8).

Sur l’aire azuréenne, le projet offrira une desserte ferroviaire de Sophia Antipolis avec une fréquence de 2 trains par heure sur la boucle TER Nice - Sophia - Cannes - Antibes et 50 % en plus de trains grandes lignes. Ceci, avec une prévision de 20 millions de voyageurs annuels sur les gares de Nice-ville et Nice-aéroport et environ 2 millions de passagers sur la gare nouvelle Ouest Alpes Maritimes.

LIGNE NOUVELLE : CONCERTATION SUR LES RAILS ET MISE A NIVEAU DE L'INFORMATION 3

Toutes les informations sur la LNPCA et les étapes de la concertation publique dans le cahier spécial disponible ici

Images © SNCF Mission LNPCA