logo

ouvrir
02-07-2013

LN, LEO, A54, A56, A51 : QUELLE PRIORITE, POUR QUEL PROJET, DANS QUEL SCENARIO ?

image
 

Quel que soit le mode de transport, l'aménagement durable de notre territoire mobilise le réseau des CCI de PACA* en faveur de la Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur, mais aussi des dessertes autoroutières entre Fos et Salon, du contournement d'Arles, des Alpes du Sud, ou encore de la Liaison Est Ouest Avignon. La Commission Mobilité 21 présente deux scenarii possibles pour décision du Gouvernement le 9 juillet.

La bonne nouvelle ? Aucun de ces projets, prioritaires pour les CCI de Provence-Alpes-Côte d'Azur, n'a été abandonné par la Commission Mobilité 21 dans son rapport rendu jeudi 27 juin au gouvernement. La moins bonne ? Les priorités diffèrent selon le scénario.

Le scenario 1, pessimiste quant aux ressources de l'Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF), ne retient en première priorité (2014-2030) que le traitement du noeud ferroviaire "ouest" de la Ligne Nouvelle (Marseille), reléguant le traitement du côté "est" (Nice) dans les secondes priorités (2030-2040) ; ne pouvant dissocier les investissements prévus sur un projet financièrement réaliste, les CCI de PACA ont interpelé le 28 juin le Gouvernement afin qu'il considère le projet dans son ensemble.

Sans présumer des décisions qui seront prises le 9 juillet, penchons-nous sur le scénario 2, -bénéficiant d'un investissement supérieur de l'Etat- qui a la préférence de Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports, lequel a confié à l'AFP "suivre les recommandations de cette version optimiste du rapport". Outre le traitement simultané des deux sections de la Ligne Nouvelle et la réalisation de l'A56 entre Fos et Salon, ce scénario repositionne avant 2030 les travaux de l'A54 en Pays d'Arles. Le réseau des CCI de PACA se réjouirait pleinement si les tranches 2 et 3 de la L.E.O. ne restaient pas cantonnées dans les secondes priorités et que l'A51 ne figurait pas, là encore, dans les horizons lointains de la deuxième moitié du siècle.

Pour clore cette synthèse sur une note positive, notons que l'exercice de nommer une Commission pour examiner les projets de mobilité durable pourra se renouveler tous les 5 ans afin d'être en phase avec la conjoncture économique.

A suivre donc.


* Lire la contribution des CCI de PACA au SRADDT