Chambre de commerce et d’industrie de région Paca
Presse
Le reseau CCI
newsletter
Twitter  WebTv-CCI-PACA  Youtube  LinkedIN  RSS
toutes
les actus
ouvrir
26-05-2015

TROIS QUESTIONS A JEAN-FRANCOIS GENDRON, PRESIDENT DE CCI INTERNATIONAL

image
 

Invité par Jean-Daniel Beurnier, son homologue en Provence-Alpes-Côte d'Azur, le président de CCI International assistait vendredi 22 mai à la réunion du Comité Régional Export au Palais de la Bourse de Marseille. L'occasion pour lui de soutenir les acteurs de Paca au service de l'internationalisation des PME  et d'observer la déclinaison régionale du partenariat national avec Business France. L'occasion, pour nous, de recueillir son opinion.

1. Dans un contexte où les CCI doivent sans cesse faire la preuve de leur utilité, quel bilan présente le réseau de CCI International ?

Jean-François Gendron : Le bilan global, c’est 35 000 entreprises accompagnées en France et à l’étranger. Dans un contexte effectivement très compliqué où l’Etat ponctionne les CCI, il est clair qu’il va falloir faire des choix. Le premier d’entre eux est évidemment de préserver et de développer CCI International. En Paca par exemple, le bilan est très positif, avec une augmentation de 18% en 2014. C’est pour cela que nous devons continuer à affirmer sa légitimité et sa complémentarité avec d’autres opérateurs, à l’exemple de l’accord récemment conclu avec Business France. Les entreprises ne peuvent que tirer profit de la simplification et des synergies mises en place. CCI International y représente l’épine dorsale, aux côtés de nos partenaires.
 
2. Dans la perspective de ce que l’on appelle "la CCI de demain", comment voyez-vous l’évolution de la marque CCI International et de son business model ?

JFG : A l’avenir, il nous faut continuer à structurer notre offre de services, dans le sens d’une meilleure lisibilité et d’une segmentation toujours plus pertinente. Nous devons être capables de proposer à nos clients une harmonisation de nos actions et nous ouvrir sans tabou à la facturation de certaines de nos prestations.

3. Quel est le bénéfice, pour les entreprises, d’une structuration en réseau ? Quels en sont les principaux apports opérationnels ?

JFG : Il faut distinguer trois niveaux, tous nécessaires et interdépendants. Au niveau national, c’est l’objectif d’harmonisation qui prévaut, afin que les entreprises aient des repères clairs, un fil rouge. Nous avons tout à gagner à ne pas juxtaposer 22 politiques différentes à l’international si nous voulons relever les défis de l’internationalisation de nos entreprises. Le niveau régional apporte une efficacité organisationnelle, des méthodes, des outils communs, une transversalité. Le niveau local -territorial-, c’est l’ADN des CCI, c’est-à-dire le contact client, la présence terrain, la proximité avec les besoins du tissu économique.
J’insisterais sur l’intérêt de la porosité de ces échelons permettant à nombre d’entreprises de converger sur des événements business internationaux portés par tel ou tel territoire, comme l’opération French Tech à Dubaï dans la filière numérique ou le Bio San Diego dans la filière santé-biotechnologies.

 
 
 
carte
Restez connectés

twitter  WebTv-CCI-PACA  youtube  LinkedIN  rss

Votre réseau CCI
> Accédez à la liste complète des CCI
 
 
Mentions légales - Nous contacter - Espace presse - Plan du site